Retour d’expérience, exemples historiques


Retour d’expérience

En fonction de la répartition de la population et de l’exposition des biens, les conséquences humaines, économiques et sociales d’un séisme peuvent être plus ou moins importantes.
Le contexte d’urbanisme et d’aménagement est souvent défavorable et se traduit par une concentration excessive d’habitations précaires dans les grosses agglomérations associées parfois à l’occupation de zones dangereuses comme les versants raides et instables des mornes ou les zones liquéfiables des plaines et bas-fonds.
La vulnérabilité face au risque sismique touche les établissements recevant du public (collèges, lycées, hôpitaux, centres commerciaux…), les infrastructures (voies de communications, divers réseaux …) et les outils de production (équipements touristiques, industriels…).
En cas de séisme, les installations à risques peuvent constituer une menace importante pour l’environnement (installations classées pour la protection de l’environnement stockant des produits dangereux, barrage de la Manzo, etc.).

SisFrance-Antilles : histoire et caractéristiques des séismes ressentis dans l'archipel des Caraïbes de 1564 à 2007

SisFrance-Antilles : Caractéristiques des séismes ressentis dans l’archipel des Caraïbes de 1565 à 2007

Au cours des trois derniers siècles, une vingtaine de séismes d’intensité VI à VIII a été répertoriée.
Parmi les secousses les plus violentes, 1727, 1827, 1839, 1946, celle de 1835 fut la plus meurtrière.

 

Séisme du 11 Janvier 1839

Le séisme du 11 janvier 1839 (intensité IX)

1839

 

Séisme du 29 novembre 2007

2007

Source : http://www.sisfrance.net/antilles/

Le séisme du 29 novembre 2007, de magnitude 7.4 (intensité VII), était localisé dans la zone de subduction au nord de la Martinique, à 152 km de profondeur ; il correspondrait à une rupture de la plaque sud-américaine, dans son plongement sous la plaque caraïbe. La surface de rupture est estimée à 1500 km² ! Les dégâts en Martinique furent modérés et d’ampleur inégale.

Jeudi 29 novembre 2007, à 15h00 heure locale, un séisme de magnitude importante s’est produit à environ 40 km au nord/nord-ouest de l’île de la Martinique, dans les Antilles françaises.
La magnitude de moment (Mw) est estimée à 7,4. L’épicentre est situé à une latitude de 14,951° Nord et à une longitude de 61,24° Ouest. Le séisme s’est produit à environ 140 km de profondeur. (Source :USGS NEIC)
L’événement sismique a été très largement ressenti par la population martiniquaise pendant au moins 50 secondes voire plusieurs minutes. La secousse a même été ressentie en Colombie, au Venezuela et en Guyane.
Ce séisme lié à la subduction (processus au cours duquel la plaque tectonique la plus dense s’enfonce sous celle de plus faible densité) de la plaque Nord Américaine sous la plaque Caraïbes, bien que de magnitude importante, s’est initié à plus de 140 km de profondeur, ce qui explique les dégâts matériels et humains relativement limités.
Cette grande profondeur a aussi rapidement écarté le risque de tsunami destructeur. En Martinique, île la plus touchée par le séisme, trois personnes ont été victimes de malaises cardiaques : l’une d’elles est décédée et les deux autres ont été hospitalisées. Une centaine de malaises sur l’île et six blessés par défenestration, dont un grave, ont également été recensés.
De nombreux bâtiments ont subi des dégâts importants, comme l’effondrement d’une dalle sur une dizaine de véhicules à Fort-de-France, et d’un bâtiment abritant une banque au Lamentin.
Des établissements publics de la Martinique – préfecture, écoles, collèges – ont été évacués, en raison de la présence de fissures importantes.
L’ensemble des routes nationales et départementales étaient praticables, ainsi que le port et l’aéroport.
En ce qui concerne les hôpitaux ils ont fonctionné normalement, à l’exception de l’hôpital de Trinité, où une tour de huit étages «gravement fissurée» a été évacuée.
Le courant, coupé pour un tiers des habitants, a été rétabli dans la soirée.

Effondrement partiel de l’immeuble Plein Ciel de Fort de France (photo C.Negulescu – AFPS/BRGM).

Effondrement partiel de l’immeuble Plein Ciel de Fort de France (photo C.Negulescu – AFPS/BRGM).

Pour en savoir plus, cliquez ici : http://www.planseisme.fr/Martinique-Retour-sur-le-seisme-du-29-novembre-2007.html

Les séismes anciens sont exprimés en fonction de leur « intensité » ; l’intensité exprime le ressenti du tremblement de terre par la population.

Ce n’est que récemment que l’on a pu ajouter une mesure de « magnitude » aux séismes, car la magnitude est un calcul effectué sur les tracés des sismographes qui sont des instruments récents.

Séismes enregistrés par le réseau de surveillance des OVS-IPGP dans les petites Antilles entre 1996 et 2011. Le code couleur correspond à la profondeur et la taille des disques est proportionnelle à leur magnitude. (Source : OVSM-IPGP)

Séismes enregistrés par le réseau de surveillance des OVS-IPGP dans les petites Antilles entre 1996 et 2011. Le code couleur correspond à la profondeur
et la taille des disques est proportionnelle à leur magnitude. (Source : OVSM-IPGP)

Pour en savoir plus, consulter :
http://www.seismes-antilles.fr/
http://eost.u-strasbg.fr/pedago/fiche1/intensite.fr.html ou bien http://www.ggl.ulaval.ca/personnel/bourque/s1/seismes.html